AUTEURS ARTISTES

< RETOUR
Stéphane Mallarmé

Stéphane Mallarmé (baptisé Étienne) est né à Paris en 1842 dans une famille de fonctionnaires d’État. Alors qu’il n’a que cinq ans, il perd sa mère, et dix ans plus tard, c’est sa sœur qui disparaît à son tour ; ces deux deuils le peineront durablement.

Enfant d’une grande sensibilité, peu enclin à côtoyer ses semblables, les années au pensionnat lui laissèrent peu de bons souvenirs, si ce n’est un goût prononcé pour les livres d’un auteur américain très anglais : Edgar A. Poe.

En 1863, Stéphane Mallarmé devient professeur d’anglais. Ce n’est pas vraiment sa vocation, mais cette carrière dans l’enseignement lui permet de se consacrer à ce qui l’anime : la poésie. En 1866, il écrit L’Azur et Brise marine qui seront édités dans une revue importante : le Parnasse contemporain sous la direction d’Alphonse Lemerre. C’est le début d’une reconnaissance.

En 1871, un poste au lycée Condorcet, à Paris, lui permet de se rapprocher des milieux littéraires influents de l’époque. Œuvrant quotidiennement, il collabore à diverses revues, publiant, à côté de ses poèmes, des préfaces et des traductions.

La quarantaine passée, il crée son propre salon, rue de Rome, et reçoit de jeunes écrivains prometteurs (André Gide, Paul Claudel, Paul Valéry, etc.). Sa poésie est désormais connue au-delà des frontières, et on le cite comme le père du symbolisme. Stéphane Mallarmé meurt le 9 septembre 1898, dans sa maison de Valvins, aux confins de la Seine.

Stéphane Mallarmé
Publié chez Mazeto Square
Un coup de dés jamais n'abolira le hasard

Un coup de dés jamais n'abolira le hasard

6,00 €Prix

© 2009-2019 by Mazeto Square | Mentions légales